Les parallèles de Riemann par Simon Kuntz

Les parallèles de Riemann

Titre de livre: Les parallèles de Riemann

Éditeur: Editions Gunten

Auteur: Simon Kuntz


* You need to enable Javascript in order to proceed through the registration flow.

Primary: Les parallèles de Riemann.pdf - 43,852 KB/Sec

Mirror [#1]: Les parallèles de Riemann.pdf - 40,740 KB/Sec

Mirror [#2]: Les parallèles de Riemann.pdf - 38,103 KB/Sec

Simon Kuntz avec Les parallèles de Riemann

Un père, une mère, des enfants sur des routes pour toujours parallèles, cruellement parallèles, courbes suivant le principe mathématique de Riemann jusqu'à se rejoindre peut-être... A découvrir, le père qui vit dans le morbide souvenir de sa fille cadette morte à 10 ans et dans le refus du « dernier », la mère qui aimera celui-ci jusqu’au bout de l’enfer, Aimé, fou dans sa bulle, dans son antre.... Le destin prendrait une forme géométrique ? Soit. La folie s’abat, sectionne et brise. Avec maîtrise et talent Simon Kuntz trace les segments sans trembler avec sa plume d'une extrême sensibilité. Un exercice de maths philosophiques et... littéraires : Bien vu ! Un nouvel auteur heureusement dans notre espace-temps.

Extrait

“J’aurais envie de pleurer. Seulement, les larmes chez moi, c’est comme les mots. Elles ne veulent plus sortir. Quand je pleure, ça coule à l’intérieur. Ça fait comme une flaque. Ça noie même pas le bruit qu’il y a dedans. J’entends la douceur et la chaleur de la voix de ma mère. Je n’arrive pas à discerner ses mots. Je plisse les yeux pour mieux la voir. Seulement, il y a trop d’images d’avant... maintenant, j’arrive à la voir un peu mieux. J’aperçois même une larme qui coule sur sa joue. Le bruit s’estompe. Tout devient flou. Il commence même à faire tout noir. Maman a sûrement dû me faire une piqûre.”

Dédicace de l’auteur

Je suis cet enfant qui essayait de changer la trajectoire d’une fourmi sans jamais y parvenir. C’est pourquoi je trace aujourd’hui dans ce roman celle de cinq personnages, un père, une mère et des enfants. Segments parallèles, cruellement parallèles et courbes selon le principe de Riemann. Je dessine ces segments, je dessine leur vie et pourtant ils m’échappent. Toujours le destin veille déterminé à titiller les leurs ainsi que ma plume emportant mes héros jusqu’au bout. Ils sont tour à tour narrateurs d’une histoire gigogne, un père qui pleure à vie une fillette disparue, un autre enfant muet et fou, enfermé même, enfermé plutôt, une mère qui aime d’un amour insubmersible, un frère tout en regrets ou en remords et la femme de celui-ci qui doit comprendre. Puis la folie qui s’abat, sectionne, brise. J’ai eu cette envie de tout maîtriser sans trembler mais à la lecture de ce roman vous verrez que je suis dépassé par les personnages que je vous abandonne. Ils réclament toute votre attention.